VICTOR B d’après Roland Topor - Compagnie Victor B
Mise en scène : Jean-Michel FRERE

Dans un décor étrange aux apparences trompeuses, traversé par une longue diagonale de planches, trônent une vieille casserole qui récupère les gouttes d’eau tombées du plafond, une table ronde recouverte de toile cirée avec des motifs de fleurs à la « Andy Warhol », une grande chaise en fer qui donne un maintien de condamné à mort à celui qui s’assoit dessus et au-dessus de tout : une grande fenêtre qui devient écran de projection.
Victor B, c’est la quête d’une identité. Un homme endosse les habits de celui qu’il aurait voulu être : un peintre génial, triomphateur de l’art moderne, mais maudit et méconnu de ses contemporains. Parce que sa vie était trop petite, il s’en invente une autre démesurée en faisant fonctionner sa mémoire qu’il s’est plû à fixer sur petit et grand écran. Mais « lui » s’intéresse-t-il vraiment aux autres et « eux » à son insignifiance si parlante ? Il vit dans un monde factice, refait « à l’image de », et semble surtout ne posséder qu’une énorme bouche qui dit MOI.
" Loin d’un one man show conventionnel, il s’agit d’une pièce à acteur unique accompagné de moyens techniques (lumières, sons, vidéo) parfaitement maîtrisés". (Marc Asselbourg, Vers l’Avenir, 28/01/1993)

Intervenants artistiques :
Michaël DE CLERCQ, scénographie et lumières ;
Xavier Istasse, vidéo. 
Réalisation : Michaël DE CLERCQ, Atelier FMR et l’équipe technique du Centre théâtral de Namur.

                   
X